DDIM.fachgruppe // International

Entretien avec Ulrich Girrbach DDIM – commission International

Manager de transition et consultant, Dr. Ulrich Girrbach offre des services de support axés sur les moyennes entreprises de l’industrie chimique et des industries connexes. Il anime la commission internationale de la DDIM.

Les objectifs de cette commission sont, entre autres, de soutenir les managers internationaux de transition de la DDIM dans leur effort d’acquisition de mandats, ainsi que de créer un forum d’échange d’informations sur les questions en rapport avec les interventions à l’international, comme par exemple des sujets touchant à la fiscalité et à la sécurité sociale.

 

Inés Carrasco : Comment voyez-vous l’évolution du recours aux managers de transition dans les mandats internationaux ?

Dr. Ulrich Girrbach : En raison des avantages économiques, la mondialisation des chaînes de valeur continuera de croître même en période de revers protectionniste. Il en va de même pour les exigences imposées aux entreprises d’accompagner cette évolution par l’internationalisation de leurs processus opérationnels. Les managers de transition expérimentés à l’international peuvent vous apporter un soutien immédiat et efficace pour relever ce défi.

 

 

Inés Carrasco : Quelles sont les raisons de cette évolution ?

Dr. Ulrich Girrbach : Il y a souvent un manque de compétence ou d’expérience dans l’environnement propre et immédiat pour définir les exigences aux affaires à l’international et pour en déduire les options d’actions (et par là je ne pense pas uniquement aux opérations d’exportation). Des interim managers internationaux expérimentés peuvent prendre en charge ces tâches dans les plus brefs délais et aider ainsi les entreprises rapidement et efficacement. Ils peuvent également contribuer utilement au développement et à l’accompagnement des ressources de l’entreprise afin qu’elles puissent évoluer plus rapidement dans leur rôle.

 

 

Inés Carrasco : Dans quelle taille d’entreprises les managers de transition de votre domaine sont-ils préférentiellement sollicités ?

Dr. Ulrich Girrbach : Les managers de transition sont engagés de préférence dans des entreprises de taille moyenne en pleine croissance avec un chiffre d’affaires allant jusqu’à 750 millions d’euros. Il ne s’agit toutefois que d’une indication sommaire.

 

Inés Carrasco : A quoi cela est dû ?

Dr. Ulrich Girrbach : Dans les entreprises de taille moyenne, la forte division du travail, typique des groupes d’entreprises, n’est pas encore aussi prononcée. Cela signifie qu’il y a plusieurs employés et gestionnaires qui exécutent différentes tâches en même temps. L’internationalisation d’une entreprise et des processus qui l’accompagnent nécessite cependant une expérience et des contacts particuliers qui, dans la plupart des cas, n’existent pas ou doivent d’abord être établis. Les managers de transition ont déjà acquis cette expérience au cours de leur carrière et sont habitués à gérer des projets complexes. Ils sont opérationnels immédiatement.

 

Inés Carrasco : Quelles opportunités voyez-vous pour les PME allemandes dans le recours aux interim managers sur le volet international ?

Dr. Ulrich Girrbach : Le recours à des interim managers expérimentés à l’international permet une mise en œuvre plus rapide et plus efficace et donc une intervention plus rapide sur le marché. Cela permet une perception précoce des affaires et une génération rapide de revenus. Les managers de transition aident l’entreprise à éviter les erreurs qu’ils ont commises eux-mêmes et à raccourcir considérablement la courbe d’apprentissage de leur client.

 

 

Inés Carrasco : Selon vous, comment mieux faire connaître le recours aux managers de transition dans les entreprises internationales agissant dans votre secteur ?

Dr. Ulrich Girrbach : Souvent, c’est le manque de connaissances qui est derrière le non-recours à l’aide des managers de transition.

 

 

Inés Carrasco : Quel rôle la numérisation et la transformation numérique jouent-elles actuellement dans le management de transition (pour les membres de votre commission) ?

Dr. Ulrich Girrbach : La numérisation joue un rôle majeur dans tous les processus. Processus logistiques, processus de paiement, communication, contrôle de la production, gestion de projet – dans presque tous les domaines, les exigences changent d’une façon accélérée. Néanmoins, l’expérience et la connaissance de l’interaction des processus individuels et de leurs effets sur l’ensemble de l’entreprise sont un atout important pour les interim managers.

 

Inés Carrasco : Selon vous, comment le management de transition évoluera-t-il à l’avenir pour vous et pour vos collègues ?

Dr. Ulrich Girrbach : Je pense que la vitesse du changement et la nécessité de se procurer des connaissances et des compétences externes vont s’accroître. Le recours à des managers de transition va s’intensifier. Le marché va donc poursuivre sa croissance.

 

 

Inés Carrasco : Quelles tâches voyez-vous dans ce contexte pour la DDIM ?

Dr. Ulrich Girrbach : Dans ce contexte, j’estime que l’une des tâches essentielles de la DDIM est d’accentuer le positionnement du “manager de transition”, avec son “potentiel de création de valeur” à court et moyen terme, auprès des responsables dans les entreprises. Cela permet aux entreprises d’exploiter plus rapidement le potentiel de croissance et aux interim managers d’obtenir plus rapidement des mandats appropriés.

Über die DDIM.fachgruppen:

In den DDIM.fachgruppen haben sich Mitglieder zusammengeschlossen, die in gleichen Branchen und Funktionen oder an vergleichbaren Aufgabenstellungen und Sonderthemen arbeiten. Die Mitglieder sind auf ihren Gebieten Experten, sie tauschen ihr Wissen und ihre Erfahrungen aus.

Eines ihrer Ziele ist es, das Interim Management in den einzelnen Disziplinen bekannter zu machen und eine Nähe zur Industrie, zu Verbänden und zu Fachmedien herzustellen.